Remise à plat, remise en forme !

Notre pays ne peut faire l’économie d’une remise à plat de son système scolaire dont bien des indicateurs signalent qu’il est à bout de souffle.
Le taux élevé d’élèves qui sortent sans diplôme de l’école  : 150 000 jeunes par an, les résultats des élèves de 15 ans aux évaluations internationales sont deux indicateurs bien concrets.
Le récent rapport du Conseil économique, social et environnemental  souligne que l’École, loin de réduire les inégalités scolaires, les creuse. Les laissés pour compte de l’école sont assignés à la pauvreté, au chômage. La violence du regard porté sur eux est d’autant plus forte que le discours ambiant est celui d’une société de consommation qui vante le paraître, le pouvoir et l’argent.

C’est donc avec lucidité qu’il faut penser le fonctionnement de notre École pour qu’elle soit bien au service d’une société démocratique où chacun se sait reconnu, respecté parce que respectable. Ce sont les conditions du vivre ensemble et celles de toute paix.
Dans cette perspective, la seule réellement porteuse d’avenir, il faudra dans notre champ, donner toute sa place, non pas au « sport », vision trop réductrice, mais à cette éducation corporelle fondamentale pour l’épanouissement global de l’élève, son bien-être que permet l’Éducation physique. Elle apprend aussi ce savoir-vivre indispensable qui permet à la fois l’écoute et initiative, la coopération, la réflexion et la prise de distance critique. Elle protège de tout enfermement dans une culture sportive formatée et aliénante. C’est une éducation émancipatrice et ouverte.