4e Festival « Sport, littérature et cinéma »

Du 26 au 29 janvier, à l’Institut Lumière, 25 Rue du Premier film à Lyon 8ème, se déroule le Festival  « Sport, littérature et cinéma » avec une riche programmation ici ainsi que le 2eme salon du livre de sport.

Soirée d’ouverture ce soir, jeudi 26 janvier.à 19 h avec entre autres le documentaire  » When we were kings » de Léon Gast sur Muhammad Ali, en présence de Sarah Ourahmoune, championne de boxe, médaillée aux JO de Rio 2016.

A la Galerie photo de l’Iinstitut, et jusqu’au 16 avril, se tient une exposition de Sebastião Salgado sur le Tour de France.

 

Subjectivité, corporéité et objets connectés


Regards croisés sur le design et les devenirs de l’’interaction

Séminaire interdisciplinaire organisé par la Chaire « Valeurs et politiques des informations personnelles » - IMTLASCO IdeaLab de l’IMT
Équipe ETHOS de Télécom École de Management
École Supérieure d’Art et de Design (ESAD) de Reims
Responsables
Armen Khatchatourov – Isabelle Queval – Olaf Avenati – Pierre-AntoineChardel
Mardi à 16h30
24/01, 07/03, 25/04, 23/05, 13/06
Lieu : Institut Mines-Télécom, site de Télécom ParisTech – 46, rue Barrault,Paris 13

 

Corps en mouvement

Dans le cadre de l’exposition Corps en mouvement à la Petite Galerie du Louvre jusqu’au 3 juillet 2017, vous pouvez découvrir les études de l’Histoire par l’image sur celles et ceux qui ont révolutionné la danse et qui ont cherché à saisir le mouvement.

L’Après-Midi d’un Faune de Nijinski

Les ballets russes

Isadora Duncan
Loïe Fuller, incarnation du Symbolisme sur la scène
Degas et la célébration de la danse féminine à l’Opéra
Degas et la vie quotidienne des danseuses de l’Opéra

Bernard Buffet : un siècle mis à nu

 

La retrospective du Musée d’art moderne de la ville de Paris consacrée à Bernard Buffet rend justice à cet artiste qui a créé et inventé tout au long de sa vie.

Sa manière de peindre est reconnaissable entre toutes : traits appuyés, corps anguleux, haute signature quasi cunéiforme.

Une des première toiles exposée représente une cruxifiction saisissante. Tristesse et détresse se lisent sur les visages et dans l’attitude poignante d’un petit garçon en culottes courtes et béret, la tête enfouie dans les jupes de sa mère en deuil. Transposition symbolique de l’immédiat après-guerre, marqué par la pénurie y compris des couleurs. Les tonalités sont sombres et les gris se mêlent aux ocres. Lire la suite