Récit d’Inspection

Jonathan Selambarom, un collègue expérimenté de la Réunion, nous fait part de sa réflexion sur l’inspection. A partir d’expériences vécues, il contribue aux revendications du Sgen-Cfdt, qui défend une inspection collective, et une séparation de la question de l’évaluation, formative et des modalités d’avancement qui doit se faire au même rythme pour tous.

L’inspection, moment magique
L’inspection est vécue comme un moment privilégié entre l’enseignant et son supérieur hiérarchique, l’inspecteur, garant de savoirs réactualisés et de méthodes permettant l’optimisation de notre enseignement. Ce moment, qui n’est pas une scène de théâtre, où chacun essaie de montrer le déroulement normal de ses cours, doit se passer sans stress ni soucis particuliers. Et surtout il permet une vraie reconnaissance du travail du fonctionnaire au travers d’un rapport et d’une note qui vont de pairs.
Mais il y a un mais. Combien de collègues n’ont plus dormi à l’annonce de leur inspection ? Combien de collègues ont abandonné leur fonction de père, mère, mari ou femme, le temps de ce moment de valorisation de son travail ? Combien en sont sortis démolis et avec le sentiment d’être un raté ? Combien sommes-nous à voir en nos inspecteurs non pas des supérieurs accompagnateurs bienveillants mais plutôt des évaluateurs impitoyables exigeants ? Et combien ont pu constater l’incroyable disparité de notation qui existe entre les inspections ? Bref la liste de questions serait longue…
Derrière le tableau dépeint plus haut, cette étape que l’on peut qualifier d’évaluation formative, joue un rôle essentiel dans la carrière du fonctionnaire. De fait, l’évaluation n’est plus formative mais certificative. Certificative car elle peut aider au passage plus rapide d’échelon. Revêt-elle alors toujours l’aspect d’un moment magique aux yeux de nos collègues ? NON.
Oui tant que nous serons conseillés et parallèlement notés, nous ne pourrons aborder l’inspection sereinement. Cela crée une confusion. A l’heure des compétences et de l’abandon des notes, à l’heure où beaucoup veulent décentrer l’élève du chiffrable et le centrer sur ce qu’il sait et ce qu’il sait faire, les enseignants sont toujours bloqués dans ce cercle vicieux.
Si les évolutions successives de l’éducation nationale ont permis une rénovation des statuts des enseignants ou encore la refondation du collège, il est temps de réformer ce système inéquitable qui génère un stress supplémentaire aux enseignants. Le nom même d’inspection nous indique que tout doit être aux normes. Les enseignants tentent alors de satisfaire aux attentes de l’inspection en masquant leurs pratiques de terrain qui pourtant fonctionnent ! Les cours sont souvent gonflés de connaissances, les projets sont parfois fictifs pour émerveiller et la gestion de la classe est souvent totalement différente du quotidien.
Pourquoi ne pas l’appeler « visite d’accompagnement » ou encore « accompagnement personnalisé de l’enseignant »…Bref des idées pour une future appellation.
Cependant, il existe des inspecteurs justes qui valorisent les pratiques des enseignants et conseillent. Malheureusement, ils sont rares.

En outre pour le Sgen CFDT, l’heure n’est plus à l’individuel. L’inspection se doit d’être collective. On nous rappelle sans cesse la notion d’équipe, le travail d’équipe, le travail disciplinaire, le travail interdisciplinaire ou simplement le travail en équipe éducative au sens large. Cela serait un point de départ intéressant. Puis, l’inspection ne doit plus décider de l’avancement de carrière. Egalité et équité avant tout. La disparité des notes d’un collègue à l’autre nous montre bien que le système n’est pas viable. Il détruit l’engagement des collègues par l’inadéquation entre la note et le rapport. Il crée des tensions par son importance dans l’avancement. Si le but est d’accompagner l’enseignant, il est plus que temps de dissocier ces fonctions de formation et d’avancement.
Nous voulons que ce moment soit une aide aux équipes en permettant le renforcement du travail collaboratif mais aussi un moment de reconnaissance de l’investissement de chacun. Au final, nous demandons simplement une évaluation positive, chose que nous devons faire avec nos élèves.
Jonathan Selambarom
Sgen CFDT de la Réunion

 

 

 

Dates du Capeps 2016

Un arrêté en date du 24 juillet 2015 est paru au Journal officiel du 13 août 2015, autorisant, au titre de l’année 2016, l’ouverture du concours externe et du concours interne de recrutement de professeurs d’éducation physique et sportive stagiaires en vue de l’obtention du certificat d’aptitude au professorat d’éducation physique et sportive (CAPEPS). Les épreuves d’admissibilité auront lieu aux dates suivantes :
- concours externe : le lundi 11 et le mardi 12 avril 2016 ;
- concours interne : le mardi 2 février 2016.

Les inscriptions seront enregistrées par internet à l’adresse http://www.education.gouv.fr/siac2 du jeudi 10 septembre 2015, à partir de 12 heures, au jeudi 15 octobre 2015, 17 heures, heure de Paris.

Pour plus de détails, lire l’arrêté  ici

Concours special pour le recrutement de PE à Créteil

Un concours externe supplémentaire de recrutement de professeurs des Écoles est mis en place dans l’académie de Créteil cf. note de service au BO du 8 janvier.

Inscription du mardi 3 février 2015, à partir de 12 heures, au mardi 3 mars 2015, 17 heures, heure de Paris. Informations et inscription sur Siac.

Avancement de grade : CE d’EPS et PEGC

Les modalités d’examen des dossiers en matière d’avancement de grade : hors-classe des chargés d’enseignement d’éducation physique et sportive et des PEGC, classe exceptionnelle des PEGC et des chargés d’enseignement d’éducation physique et sportive, sont exposées dans une note de service au BO du 18 décembre 2014. Lire la note ici

Promotions de corps : liste d’aptitude agrégé-e-s, liste d’aptitude certifié-e-s et PEPS

Une note de service, au BO du 18 décembre 2014, donnent  les modalités d’inscription sur la liste d’aptitude pour l’accès au corps des professeur-e-s agrégé-e-s.

Les candidatures sont à saisir sur le portail i-prof  du 6 janvier au 28 janvier 2015. Pour les cas particuliers, voir la note ici ( §3)

Au même BO, on trouvera la note de service concernant l’accès par liste d’aptitude au corps des certifiés et des professeurs d’EPS  ( condition d’âge : 40 ans au moins au 1er octobre 2015) voir la note ici. Les candidature doivent être saisis du 6 janvier au 28 janvier. Le dossier de candidature (accusé de réception et pièces justificatives) doit être transmis par le candidat au plus tard pour le 6 février 2015 .

Mutations inter 2015 : c’est parti !

Les textes  qui régissent  le mouvement 2015 ont  été publiés au BO n° 42 du 13 novembre 2014. Ce sont des notes de service qui concernent respectivement  les enseignants du Premier degré, les enseignants du Second degré,  les affectations à Saint Pierre et Miquelon, la mise à disposition en Polynésie française. Le serveur du ministère est ouvert depuis le 20 novembre et jusqu’au 9 décembre. Pour y accéder cliquer ici

Pour être suivi-e et conseillé-e dans votre demande de mutation et informé-e, pensez à remplir une fiche sur Sgen+ !

Echos d’un CHSCT académique

1/ Le CHSCT de l’académie de Lyon est de plus en plus interpellé sur la mobilisation de plus en plus intensive du corporel des personnels EPS pour tenir au mieux les objectifs de leur travail investi et ce avec parfois/souvent des contraintes de santé psychique et physique qui s’en ressentent.
Le secrétaire général de l’académie a été sollicité pour que des visites médicales (qui sont obligatoires sur demande des intéressés une fois tous les cinq ans, ce qui reste dérisoire) aient lieu une fois par an et aussi à chaque moment où les enseignants se sentent en tension ou en rupture, de part leurs activités spécifiques.

2/ Groupes de parole :
Il est nécessaire de solliciter les enseignants sur leur perception du travail réalisé, sur leur repérage de leurs conditions de travail,  pour faire remonter du « terrain » les tensions repérées mais aussi les bonnes pratiques et de pousser les constructions des conditions de travail « vers le haut », vers la fiabilité.
Pour l’instant les groupes de parole n’ont pas été affectés prioritairement sur les professeurs d’EPS, mais plus sur les professeurs des écoles, mais il appartient de prendre le sujet à bras le corps et de s’en saisir en CHSCT et notamment par le fait qu’on puisse associer aux débats du CHSCT des experts que sont les enseignants d’EPS sur ces sujets que l’on demandera d’affecter à l’ordre du jour.

3/ Relations avec les collectivités territoriales propriétaires des infrastructures : rien ne peut être fait en ces espaces sans un accord négocié parallèle entre les CHSCT des collectivités et celui de l’Educ Nat mais nous travaillons déjà en réseaux sur les cantines et les personnels affectés pour la restauration scolaire et l’entretien, donc nous pouvons ouvrir un champ complémentaire sur les espaces sportifs et gymnases.

4/ Accidents du travail : tout accident de travail est analysé avec un retour d’expérience et un arbre des causes permettant d’éviter que ne se reproduisent les mêmes réalités dans les commissions du CHSCT