Circulaire sur l’Association Sportive de mars 2016

Participation des enseignants d’éducation physique et sportive du second degré aux activités sportives scolaires volontaires des élèves

note de service n° 2016-043 du 21-3-2016 MENESR – DGESCO B3-4 – DGRH B1-3

Le sport scolaire réaffirmé dans les missions de l’Etat et du service public.

La place du Sport scolaire est réaffirmée « comme partie intégrante des missions de l’Etat et du Service public d’éducation », ainsi que la « participation des enseignants d’EPS à l’organisation et au développement du sport scolaire dans les établissements ».

Les axes du projet de l’association sportive : deux axes principaux sont rappelés

- La pratiques des APSA avec alternance d’entraînements, de rencontres et de compétitions, ainsi que de temps forts.

- L’apprentissage des responsabilités, l’éducation à la citoyenneté.

L’association sportive et la continuité des cursus

Sont à encourager les actions relatives au sport scolaire, pouvant améliorer la continuité pédagogique et éducative entre l’école et le collège (…), ainsi qu’entre le collège et le lycée.

L’association sportive : responsabilités et conditions matérielles :

La note reprécise la responsabilité du chef d’établissement, qui reste garant du bon déroulement des activités (par exemple libération du mercredi après-midi, (…) créneaux horaires à l’interclasse de midi ou en fin d’après-midi, organisation favorable de la restauration et des ramassages scolaires).

En outre « Le chef d’établissement sollicite éventuellement le concours des collectivités territoriales concernées pour s’assurer de la disponibilité des installations sportives ».

L’association sportive et le service des enseignants :

La note réaffirme que « le service de chaque enseignant d’EPS, qu’il exerce à temps complet ou à temps partiel, comprend un volume forfaitaire de trois heures consacrées à l’organisation, à l’animation, au développement et à l’entraînement des membres de l’association sportive (AS) de son établissement scolaire. Ces heures sont inscrites dans l’état des services d’enseignement de chaque enseignant ».

Cependant, il est précisé :

« À titre exceptionnel et dans l’hypothèse où le volume d’activité de l’AS de son établissement est insuffisant pour l’accueillir, un enseignant de l’établissement sera amené à compléter son service dans l’AS d’un établissement différent, dont le volume d’activité est suffisant pour l’accueillir. Cette décision, pour laquelle le volontariat des enseignants concernés doit être recherché, en prenant en compte le programme des AS en cause et en s’appuyant, en tant que de besoin, sur les inspecteurs d’EPS, est prise par le recteur d’académie qui en informe le comité technique académique (CTA) ». (…)

Les fonctions des enseignants au niveau du district, départements, académiques

La note apporte des précisions (indemnisation, missions) sont ainsi apportées sur les fonctions de coordonateurs de district et de directeurs des services régionaux.

La circulaire : http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=100254

Pour le Sgen-Cfdt :

Cette note vient globalement compléter le soutien fait aux AS dans la précédente circulaire qui, en ne rendant plus obligatoire le certificat médical, facilite l’accès des jeunes aux AS.

Pour le Sgen-Cfdt, il semble important que la note mette en avant :

- Les différentes formes d’activités. Qu’il s’agisse de la variété des types d’activités physiques, sportives et artistiques (on parle cependant encore de « sports scolaires »), ou les formes de pratiques (entraînement, rencontre, temps forts..).

- La continuité école – collège, et l’ancrage sur la logique de cycle.

Il faudrait maintenant aller plus loin :

- Envisager ces pratiques dans la dynamique collective de la communauté éducative. Les AS doivent pouvoir être des points d’appuis à la mise en place de l’école du socle (et contribuer à la validation de certaines compétences travaillées), et des parcours citoyens, culturels et d’avenir.

- Réaffirmer que la priorité doit être d’aider les AS à se développer pour favoriser l’implication des élèves dans ces pratiques associatives scolaires, encadrées par des enseignants.

Ce qui implique :

Un soutien ferme de l’établissement, des directions, de la communauté éducative (penser à…l’AS dans les Parcours / La Formation des enseignants / les créneaux de pratiques…/ L’implication des familles / la facilitation des paiements), et des collectivités territoriales (libérer les installations le mercredi après-midi / communiquer sur les « pass sport »/ favoriser des partenariats, des rencontres autour d’évènements……),

La préconisation de « compléter son service d’AS dans un autre établissement, sur la base du volontariat », devrait rester un recours exceptionnel.

CR

 

EPS au Bac Pro

Nous avons signalé l’arrêté du 7 juillet 2015 qui instaure une épreuve facultative d’EPS au Baccalauréat professionnel ici

La circulaire d’application est publiée au BO de ce jeudi. Elle indique les candidats potentiellement concernés (tous), y compris les sportifs de haut niveau et les jeunes sportifs. Elle rappelle et précise les modalités d’organisation de l’épreuve (sur 16 points et un entretien sur 4 points).

La circulaire done la liste nationale de cette année : natation de distance, judo, tennis. Une activite est à choisir dans cette liste ou parmi  les deux activités académiques spécifiques éventuelles.

En annexe, les réferentiel nationaux de certification et d’évaluation de l’EPS niveau 5

Les détails de la circulaire ici

Regard de praticienne sur les programmes d’EPS

Cécile Rossard enseigne l’EPS.

Elle est aussi secrétaire fédérale au secteur Politique éducative de la Fédération des Sgen-CFDT.

Le texte ci-dessous, qu’elle a rédigé  à ce double titre de praticienne et de responsable syndicale, traduit la réflexion du Sgen-CFDT sur les nouveaux programmes d’EPS qui entreront en vigueur à la rentrée 2016. Il apporte un éclairage fort utile aux collègues. Il fait aussi une précieuse synthèse des textes avec mise  en cohérence des cycles. Lire la suite

Les projets de programmes du CSP

Sur le site du ministère on trouve depuis quelques jours les projets de programmes du CSP (Conseil Supérieur des Programmes) pour les cycles 2,3 et 4. Un gros effort de lisibilité a été fait. C’est une lecture indispensable à qui s’intéresse à l’école.

Les programmes d’EPS (p. 49 pour le cycle 2, p.154 pour le cycle 3 et 285 pour le cycle 4) ont été largement réécrits et la finalité de cet enseignement est rappelée à chaque cycle : former des citoyen-ne-s lucides, autonomes, physiquement et socialement éduqué-e-s, dans le souci du vivre ensemble.

Il ne suffit pas, en effet de former des corps sportifs. L’EPS participe à l’éducation globale de la personne de l’élève. Il y en a qui s’en offusquent, bien à tort, critiquant cette unicité d’objectif.

Mais aurait-on idée, pour faire image, de critiquer l’objectif de savoir chanter juste, de la maternelle à l’université ? N’y a-t-il pas matière à progression, depuis la comptine jusqu’à la polyphonie ? Du chant a cappella aux chants choraux les plus exigeants ? Du motet du 12ème siècle aux nouvelles subtilités de la musique sérielle ?

Tous les enseignant-e-s d’EPS doivent se réjouir de ce programme lisible. Lire la suite

Dates du Capeps 2016

Un arrêté en date du 24 juillet 2015 est paru au Journal officiel du 13 août 2015, autorisant, au titre de l’année 2016, l’ouverture du concours externe et du concours interne de recrutement de professeurs d’éducation physique et sportive stagiaires en vue de l’obtention du certificat d’aptitude au professorat d’éducation physique et sportive (CAPEPS). Les épreuves d’admissibilité auront lieu aux dates suivantes :
- concours externe : le lundi 11 et le mardi 12 avril 2016 ;
- concours interne : le mardi 2 février 2016.

Les inscriptions seront enregistrées par internet à l’adresse http://www.education.gouv.fr/siac2 du jeudi 10 septembre 2015, à partir de 12 heures, au jeudi 15 octobre 2015, 17 heures, heure de Paris.

Pour plus de détails, lire l’arrêté  ici

Attestation scolaire du « savoir-nager » ( 2)

Après le Journal officiel, c’est au tour du BO du 23 juillet de publier le décret qui instaure une attestation du savoir nager et l’arrêté qui en donne les modalités. L’arrêté, dans son annexe 2 , fournit le modèle de cette attestation. Elle est certifiée, pour le primaire, par un professeur des écoles et « le professionnel qualifié et agréé par le directeur académique des services de l’éducation nationale » (sic) ou, pour le collège  par un « professeur d’EPS » (re-sic) Plutôt par un-e « enseignant-e d’EPS », dirions-nous, car l’administration oublie qu’il existe aussi des agrégé-e-s d’EPS qui enseignent le savoir nager et la natation au collège. Ils (et elles) ne font pas partie du corps des professeurs d’EPS -, eux-mêmes n’appartenant pas au corps des professeurs certifiés, sans toutefois appartenir au corps des professeurs de sport, qui relèvent, comme chacun sait (ou non !) du ministère des sports.

C’est simple, non ?

Qu’on se le dise !

 

Attestation scolaire du « savoir-nager »

Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture ne parle pas du savoir nager. C’est toutefois une compétences aussi utile et nécessaire qu’agréable. Un nouveau décret et un nouvel arrêté du 9 juillet, parus au Journal Officiel du 11juillet, en précisent les modalités d’attestation et d’obtention pour les élèves du primaire et du collège. L’arrêté prend effet à la rentrée de septembre 2015.

L’annexe du nouvel arrêté, qui remplace celle de l’arrêté du 9 juillet 2008, indique que :  Lire la suite