Refondation de l’Education prioritaire

Nicolas Sarkozy souhaitait le « dépôt de bilan des ZEP ». Le nouveau ministre Benoît Hamon, lui, a signé la circulaire sur la refondation de l’éducation prioritaire (BO n° 23 du 5 juin 2014). La France, et le texte le rappelle,  est devenue le pays où le milieu social influe le plus sur le niveau scolaire. La refondation de l’éducation prioritaire est au service de l’égalité réelle d’accès aux apprentissages et à la réussite scolaire.

Parmi les mesures nouvelles, on note,  pour le le second degré

-un « accompagnement continu », jusqu’à la fin des cours de l’après-midi, des élèves de sixième à compter de la rentrée 2014 dans les Rep+, une  mesure progressivement étendue à tous les Rep+ à compter de la rentrée 2015, puis à toute l’éducation prioritaire.

« Cet accompagnement se traduira par environ trois heures par semaine d’activités en petits groupes encadrés par des enseignants et/ou des assistants pédagogiques. Il prendra place dans les plages disponibles de l’emploi du temps pour éviter à ces jeunes élèves des permanences sans activités constructives. L’équipe pédagogique veillera à établir des liens entre le dispositif et le reste des cours ».

.A la différence de cet accompagnement continu, l’accompagnement éducatif reste optionnel pour les élèves et les familles. Les moyens de l’accompagnement éducatif seront réorientés vers l’éducation prioritaire  pour développer l’accompagnement continu dans tous les Rep+ et continuer à assurer l’accompagnement éducatif en éducation prioritaire

- la  pondération, 1 heure d’enseignement  est décomptée pour 1,1 h dans le service des enseignants ( titulaires  non titulaires, temps complet ou incomplet) des  établissements publics d’enseignement du second degré Rep+ . Elle concerne aussi les enseignants des dispositifs relais, des UPE2A ( Unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants  , les professeurs des écoles enseignant en  Segpa et en Ulis (unités localisées pour l’inclusion scolaire) des collèges et les enseignants en mission de remplacement en EPLE Rep+.

La circulaire indique que  « ce dispositif « vise à favoriser le travail en équipe de classe ou disciplinaire, en équipe pluri-professionnelle (conseillers principaux d’éducation, conseillers d’orientation psychologues, documentalistes, assistants d’éducation ou pédagogiques, assistants sociaux, personnels infirmiers, médecins notamment) mais également les rencontres de travail entre les deux degrés, notamment dans le cadre du conseil école-collège et des rencontres avec des partenaires ».

Il est précisé que la pondération, compte tenu de son objet, ne s’applique qu’aux heures d’enseignement et ne concerne pas les 3 heures d’AS comprises dans le service des enseignants d’EPS.

La circulaire traite aussi, dans sa partie 3,  du pilotage et du suivi du dispositif.

Lire la circulaire ici

 

2 réflexions au sujet de « Refondation de l’Education prioritaire »

  1. Bonjour,
    Comment peut-on accepter que dans ce texte les professeurs-documentalistes qui passent un CAPES ne soient mentionnés que comme « documentalistes » ? Que ceux-ci, comme les CPE, les infirmières et les assistantes sociales, soient traités comme « autres personnels ». Ne sont-ils donc pas quotidiennement en charge d’élèves, ne sont-ils pas eux aussi partie intégrante des équipes pédagogiques? Scandaleux ! Il faut se battre pour reconnaître aussi ces personnels.

    • Bonjour,
      Vous avez raison de pointer cette formulation, révélatrice d’une méconnaissance du rôle des enseignants documentalistes au sein même de l’institution, et cela en dépit du nouveau Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’Éducation de juillet 2013 : le référentiel les reconnaît membres de l’équipe enseignante.
      Toutefois le statut des enseignants de discipline ne rend visible que leurs heures de cours, la pondération vise à diminuer ce temps au profit d’un temps pour le travail en équipe pédagogique.
      Ce temps de concertation doit trouver place dans les 30 heures de travail de l’enseignant documentaliste et s’articuler avec son travail pédagogique et les modalités d’ouverture du CDI : c’est une réflexion globale qui est à mener, dans le respect des missions de chacun qui doivent être connues de tous.

Laisser un commentaire