image1 image1 image1

Au BO : Obligations de service des enseignants du 1er degré

Au JO, Décret relatif aux obligations de service des enseignants du 1er degré
 

Un décret publié au J.O. du 31 mars redéfinit les obligations des service des enseignants du premier degré. Il actualise le contenu des 108 heures annuelles de service, en y ajoutant les controversées activités pédagogiques complémentaires (APC) organisées dans le projet d'école. Le décret vise également à reconnaître la spécificité des missions et les obligations de service particulières des personnels en établissements pénitentiaires, ainsi que le principe des allègements de service.

Les missions des professeurs documentalistes redéfinies dans une circulaire (Café Pédagogique)

Le métier de professeur documentaliste n'avait pas bougé depuis 1986. 31 ans et un capes plus tard, une circulaire très attendue, publiée au B.O. du 30 mars, définit les missions du professeur documentaliste en articulant le métier entre la culture de l'information et des médias , la mise en place d'une politique documentaire et l'ouverture de l'établissement sur son environnement culturel. Mieux : la circulaire rappelle que le professeur documentaliste peut effectuer des heures d'enseignement comptées double et qu'il peut recevoir des missions avec une IMP.

 

Une mission pédagogique et éducative

 

 Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement.. Finalement, après plusieurs versions très débattues, la circulaire sur les missions des professeurs documentalistes tient en deux feuillets. Le texte se décline en 3 axes : le professeur documentaliste est enseignant et maître d'œuvre de l'acquisition par les élèves d'une culture de l'information et des médias, maître d'œuvre de l'organisation des ressources pédagogiques et documentaires de l'établissement et de leur mise à disposition, et il est acteur de l'ouverture de l'établissement sur son environnement éducatif, culturel et professionnel. Il remplace la précédente circulaire de 1986, une époque où il n'y avait pas encore de capes de documentation.

 

Le professeur documentaliste " contribue aux enseignements et dispositifs permettant l'acquisition d'une culture et d'une maîtrise de l'information par tous les élèves... Il contribue au développement de l'esprit critique face aux sources de connaissance et d'information. Il prend en compte l'évolution des pratiques informationnelles des élèves et inscrit son action dans le cadre de l'éducation aux médias et à l'information ".

 

Comme cette mission est "pédagogique et éducative", la circulaire rappelle que le professeur documentaliste peut exercer des heures d'enseignement " dans le respect nécessaire du bon fonctionnement du CDI", une milite qu'il faut prendre en compte. " Les heures d'enseignement correspondent aux heures d'intervention pédagogique devant les élèves telles qu'elles résultent de la mise en œuvre des horaires d'enseignement définis pour chaque cycle » (circulaire n° 2015-057 du 29 avril 2015). En application du titre III de l'article 2 du décret n° 2014-940 du 20 août 2014 modifié, chaque heure d'enseignement est décomptée pour deux heures dans le maximum de service des professeurs documentalistes".

 

Veille professionnelle et pédagogique

 

Le deuxième axe est " l'organisation des ressources documentaires de l'établissement et de leur mise à disposition". " Sous l'autorité du chef d'établissement, le professeur documentaliste est responsable du CDI, du fonds documentaire, de son enrichissement, de son organisation et de son exploitation", dit la circulaire.  L'accent du texte est mis sur le numérique. " Le professeur documentaliste participe à la définition du volet numérique du projet d'établissement. Il facilite l'intégration des ressources numériques dans les pratiques pédagogiques, notamment lors des travaux interdisciplinaires. Le professeur documentaliste assure une veille professionnelle, informationnelle, pédagogique et culturelle pour l'ensemble de la communauté éducative".

 

Ouverture de l'établissement

 

Enfin le professeur documentaliste participe à l'ouverture de l'établissement sur son environnement éducatif, culturel et professionnel. " Il entretient des relations avec les librairies, les diverses bibliothèques et médiathèques situées à proximité, le réseau Canopé, les établissements d'enseignement supérieur, les associations culturelles, les services publics, les collectivités territoriales, les médias locaux, le monde professionnel afin que l'établissement puisse bénéficier d'appuis, d'informations et de ressources documentaires", établit le texte. A ce titre il peut bénéficier de "missions particulières (référent numérique, référent culture, etc.)" et bénéficier d'une IMP.

La circulaire

Un nouveau projet de circulaire

 

Affectation post-bac : URGENCE

Dans la précipitation à fermer les établissements et le manque d'anticipation des plannings divers, on aurait oublié que les procédures nationales d'affectations post bac suivent leur cours. 

Le Rectorat rappelle que la saisie des appréciations des élèves qui candidatent à des formations sélectives doit être effectuée pour le 01 avril.
Ce n'est pas un poisson, les élèves devront confirmer leur demande pour le 02 avril. 
 
Collègues des classes terminales bac et MOREA, à vos claviers !

Mobilisation : les Ministres à l'épreuve du dialogue...

Après un début de matinée compliqué, les négociations ont commencé ce jeudi.
 
Pendant que Collectif et Ministres mesurent les rapports de force, règlent le cadre des échanges et la question de la présence de la presse avec un sens certain du suspens (contrôlé ?), les Maires rédigent leur contribution. Il était temps ! 
 
Alors que la pluie trempe les soutiens stoïques du Collectif devant la Préfecture, que les radios n'ont jamais été aussi écoutées et Guyane 1ere télé aussi regardée, les excuses de la Ministre ultramarine ont permis d'en finir avec les déclarations préalables et d'en venir aux revendications et aux premières réponses.
 
En fin d'après-midi, le Collectif a sonné la fin de l'épisode en déclarant attendre des propositions sérieuses, et fixé le prochain rendez-vous samedi matin avant de retourner sur les barrages pour informer la population. 
 
Les Ministres vont devoir trouver les voies et moyens pour parvenir à un accord. En répondant aux demandes de surveiller les fleuves et la mer, en évitant les revendications antinomiques, entre autres à propos de l'exploitation des ressources naturelles ? Pas simple...
 
Ils doivent se demander comment dans leur équipe ceux qui sont en charge du dossier Guyane depuis des années n'ont pas compris ce qui se passait, ou plutôt comment ils y ont contribué en accumulant les erreurs de casting, mauvaises manœuvres et confiance mal placée.
 
La Guyane est à la une des 20 heures depuis plusieurs jours. Les journalistes "nationaux" sont là, ceux passés par le Suriname tombés sous le charme du pays, beaucoup admiratifs des 500 frères, tous intrigués. Il faut dire que les images extraordinaires se succèdent, à la place de celles de fusées qui ne décollent plus. 
 
L'onde de la mobilisation continue à se propager. Encore une belle image que celle de la pirogue des représentants des communes du Haut Maroni arrivant à Papaïchton. La visibilité et la parole des oubliés parmi les oubliés vont peser sur les arbitrages. 
 
Ce matin les habitants des villages d'Antecumpata, Taluen, Elahe, Kayode, Pidim, Aloike et Boussoussa se sont rendus à Maripasoula où les attendaient les membres du collectif A no wi opo (le Haut Maroni d'Antecumpata...).

Une soixantaine d'habitants des communes du Haut Maroni se sont rendus à Papaïchton en pirogue pour poursuivre la mobilisation en parallèle des négociations officielles qui devraient se tenir aujourd'hui à Cayenne. 

Les communes au nord de Maripasoula sont notamment victimes de l'orpaillage illégal qui polluent les eaux et les sols. Ils réclament plus de moyens pour lutter contre les chercheurs d'or et la ratification de la Convention de l'Organisation Internationale du travail numéro 169 sur les peuples autochtones. 


Mobilisation : les évolutions....

Après la belle démonstration de ce mardi, et l'arrivée des ministres de l'Intérieur et de l'Outre-Mer, des cacophonies sont perceptibles.

Entre "le mandat du peuple" dont se recommande le leader UTG-EDF parlant de la légitimité du Collectifs des Collectifs, et la volonté de Collectifs de s'extraire de la voix/voie unique, les divergences se font jour. La ligne dure du premier et sa volonté de contrôler les seconds fait débat.
 
Les premiers sur le front, les socioprofessionnels souhaiteraient que la volonté de négocier soit mieux affichée. 
 
Les Nations Autochtones unies, applaudies à leur arrivée sur le parcours de la marche, entendent faire aboutir des revendications posées depuis longtemps devant des instances internationales. Il est fort à parier que  - même dans la dynamique solidaire actuelle - la légitimité de leurs expressions ne saurait longtemps dépendre de qui que ce soit. 
 
Des acteurs de l'Education souhaitant créer un Collectif se sont heurtés au collectif de Collectifs. Ce sont finalement les socioprofessionnels qui ont donné leur autorisation... 
 
Il faut rappeler que dès le début, les Collectifs "historiques" ont marqué leur défiance envers les élus et les syndicats. L'apparition récente de logos syndicaux (autre que celui de l'UTG) dépasse ce cadre... 
 
La CDTG-CFDT a soutenu et contribué au mouvement de façons diverses sans esprit de compétition, ses militants se sont engagés, ont produit sans s'afficher. Elle continuera à le faire en gardant à l'esprit la bonne fin des négociations menées par le collectif des Collectifs, l'accompagnement des salariés en difficulté. 
 
Avant de s'engager dans un Collectif de dernière heure, le Sgen-CDTG-CFDT demande une réunion des organisations engagées sur le champ de l'Education pour faire le point de la situation après la rencontre acceptée ce matin par le Collectif. Et envisager les actions possibles sans ajouter aux confusions qui se révèlent. 
 
Pendant ce temps, les rues sont calmes, aucun débordement n'est rapporté.
free joomla templatesjoomla templates

2018  Sgen-CFDT Guyane   mentions légales