image1 image1 image1

Création d'une agrégation des "langues de France", le créole en 2020 !

Le Sgen-CDTG-CFDT revendique que le concours "créole" soit organisé plus tôt. 

 

Comme annoncé par le Premier ministre en juillet 2016, le gouvernement a décidé la création d'une agrégation des « langues de France », qui poursuit la reconnaissance des langues régionales impulsée par la loi de refondation de l'école de juillet 2013.

L’arrêté paru ce jeudi 23 mars, fixe les sections et les modalités d’organisation des concours de cette nouvelle agrégation. Le concours est proposé dans plusieurs options constituées par chacune des langues régionales offertes à recrutement par la voie du CAPES, à savoir le basque, le breton, le catalan, le corse, le créole, l’occitan-langue d’oc, et le tahitien.

Les premiers concours d’agrégation auront lieu dès la rentrée 2018 et proposeront les options suivantes : le breton, le corse et l’occitan. La seconde session se tiendra l’année suivante pour les options des langues basque et catalane. Les sessions suivantes concerneront aussi le créole et le tahitien.

La création de cette agrégation constitue une avancée majeure dans la reconnaissance des langues régionales, telle que voulue par la loi de refondation de l'école. La ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, souhaite ainsi soutenir le devenir et le développement des langues et cultures régionales françaises, en garantissant l’excellence de l’enseignement de ces langues.

 

Arrêté du 15 mars 2017 modifiant l'arrêté du 28 décembre 2009 fixant les sections et les modalités d'organisation des concours de l'agrégation

 

Mobilisation : la CFDT en précieux relais

La CFDT, dont un secrétaire national était en Guyane il y a 15 jours pour l'installation d'Action Logement soutient fermement la mobilisation. 

La Confédération communique (en attache).

Mobilisation : sur les médias

En particulier les interventions de lundi matin concernant l'Education.
 

http://www.liberation.fr/planete/2017/03/27/la-guyane-reprend-son-souffle-malgre-l-appel-a-la-greve_1558772

 

Mobilisation : 28 mars 201, une journée historique, communiqué du Premier Ministre et suites....

Des milliers de personnes sont descendues ce mardi dans la rue pour appuyer les revendications de Collectifs qui, sur tout le territoire ont mené de beaux exercices de démocratie. 

Des images incroyables, une foule extraordinaire :  la diversité, la solidarité, la confiance en soi en marche pour réclamer la reconnaissance de toutes ses composantes, la sécurité pour tous et des moyens pour (commencer à) mettre la Guyane au niveau de son image de port spatial de l’Europe. 
Une chaleureuse ferveur populaire. Un succès sans accroc, une entrée fracassante sur les médias nationaux dont nous sommes tous fiers.
 
Le Gouvernement accepte aujourd'hui ce qu'il refusait hier. Des ministres arrivent. Il va falloir trouver les voies de sortir de la crise, valider et signer un plan d'action. 
 
Les adhérents et militants de la CDTG-CFDT contribuent depuis de début en nombre à la mobilisation, et œuvrent à plusieurs niveaux à la vie de collectifs. 
 
La Centrale a mis en place un dispositif "de crise", actif du matin au soir, pour assurer l'accueil téléphonique et physique de ses militants, des responsables de ses syndicats et sections. Pour mettre ses locaux et équipements à disposition, soutenir au mieux les attentes des uns et des autres, agir sur des situations diverses, entendre les angoisses de nombre de salariés dont les revenus vont être amputés sans délais. 
 
Conscient des problèmes des employeurs, la DIECCTE a d'ores et déjà rappelé que les entreprises (de plus de 11 salariés) et sous certaines conditions ont la possibilité d'utiliser la procédure "temps partiel" pour amortir un peu le coût du conflit. 
 
 
Fidèle à ses valeurs et sans esprit de compétition la CDTG poursuit ses contributions, où le Sgen prend toute sa place. 
 
Un grand merci à tous ceux qui, physiquement, par téléphone, mail, SMS expriment leur soutien et leur contribution. 
 
 
COMMUNIQUE DE PRESSE (mardi soir) 
Une réunion s’est tenue aujourd’hui autour du Premier ministre M. Bernard CAZENEUVE, avec M.Matthias FEKL, ministre de l’Intérieur et Mme Ericka BAREIGTS, ministre des Outre-Mer, pour faire un point sur la situation en Guyane. Le gouvernement prend acte que les rassemblements qui se sont tenus aujourd’hui n’ont fait l’objet d’aucun débordement et se sont déroulés dans un esprit
d’apaisement.
Par ailleurs, le travail de la mission interministérielle présente en Guyane depuis samedi, ainsi que les échanges avec les acteurs locaux menés par la ministre des Outre-Mer ont permis d’établir une liste de revendications de nature à favoriser, dans la perspective d’une sortie de crise, un dialogue fructueux avec une délégation ministérielle.
Le Gouvernement réaffirme sa volonté d’apporter des solutions rapides concrètes et durables à ces aspirations.
C’est pourquoi, à la demande du Premier ministre et conformément aux engagements qu’il a pris à l’occasion de son allocution du lundi 27 mars, M. Matthias FEKL et Mme Ericka BAREIGTS se rendront demain en Guyane. Ils poursuivront ainsi le dialogue avec tous les acteurs économiques, sociaux, politiques et les représentants de la société civile.
Il appartient désormais à chacun, en particulier aux élus, de prendre ses responsabilités et de s’associer à ces discussions dans l’intérêt de la Guyane, en vue de la conclusion d’un pacte d’avenir ambitieux.
La signature de ce pacte pourrait intervenir dans les meilleurs délais.
Le Gouvernement marque ainsi de nouveau sa volonté de poursuivre son engagement constant aux côtés des Guyanaises et des Guyanais pour construire l’avenir de la Guyane, notamment en matière de sécurité et de justice, d’éducation et de formation, de développement économique,d’approvisionnement énergétique, de santé et pour la reconnaissance des peuples autochtones.

Mobilisation : événements du jour et suites...

Le blocage du rond point du Rectorat est organisé par les étudiants et les jeunes ("100 000").

Ce lundi matin, les syndicats et parents étaient invités à les rejoindre. 

Peu de jeunes sur place, les personnels et parents assez nombreux malgré les blocages.
Après les prises de paroles des 2 collectifs jeunes, chaque syndicat est intervenu, soit en tentant de lister les problèmes, soit en insistant sur l'un ou l'autre des dossiers.
 
 
En fin de matinée, le Collectif a diffusé la synthèse de ses travaux (en attache) des Collectifs au travail sur tout le territoire. 

Les 37 syndicats de l'UTG appellent à ce mardi à une marche. Départ devant EDF, arrivée Préfecture. Pourquoi la Préfecture ? 
 
Le Conseil Central de la CDTG est convoqué, occasion pour syndicats et sections de faire le point de leurs engagements. Il s'agit de ne pas relâcher les efforts pour voir les demandes prises en compte par les Ministres annoncés et assurer la suite. 
free joomla templatesjoomla templates

2018  Sgen-CFDT Guyane   mentions légales