Apprendre avec le numérique : un incontournable !

Le numérique est partout : il révolutionne nos systèmes productifs, nos modes de communication mais aussi d’apprentissage. Le numérique est finalement une nouvelle manière de vivre ensemble, à laquelle l’école doit aussi préparer.  C’est ainsi que le rapport de l’institut Montaigne, « le numérique pour réussir dès l’école primaire », développe l’idée que l’école doit se réinventer pour s’adapter à l’évolution de la société.

Aujourd’hui, 83% des foyers sont reliés à Internet, un enfant de dix ans passe près de 3h par jour devant un écran (1000h/an), soit davantage de temps qu’à l’école (864 heures par an).

Il est essentiel d’en connaître les ressources et limites afin d’optimiser son utilisation. La formation des collègues doit être régulière et comprendre l’état de la recherche en la matière. Les équipes de prévention des centres médico-sociaux doivent être mobilisées pour l’information des familles, la sensibilisation des élèves à un usage responsable de l’outil.

Pour Serge Tisseron, psychiatre,  les écrans ont bouleversé notre relation aux savoirs, aux apprentissages : la culture de la transmission n’est plus seulement verticale mais horizontale pour une construction collaborative des savoirs.

Cependant, différentes études pointent les dangers d’une consommation excessive d’écrans dès le plus jeune âge. Il est donc essentiel de cadrer l’usage des outils numériques:

-       approfondir la relation aux familles afin de les sensibiliser à cet usage :

-       proposer le même temps d’activité avec l’enfant que le temps passé devant l’écran

-       nommer le temps d’utilisation de l’écran : lui associer une durée

-       fixer la durée par contrat hebdomadaire

-       ne jamais proposer d’outil numérique sans règles d’usage

-       baliser l’utilisation d’internet et parler du contenu : droit à l’intimité, droit à l’image et les 3 principes d’internet : tout ce qu’on y met y restera, peut tomber dans le domaine public, ne pas croire tout ce qu’on y trouve

-       encourager les pratiques de création, le langage de programmation (fabrication d’objets, photographie…)

Pour Jean-Marc Merriaux, directeur du réseau Canopé, « la révolution que nous vivons avec le digital conduit à transformer radicalement nos relations, et à transformer en profondeur les organisations ». Ainsi, la logique d’ « horizontalité » fait face à celle de « verticalité », à laquelle l’Éducation nationale est habituée, et « oblige à repenser ce qui se passe au sein de la classe en n’étant plus dans un flux descendant ». Au final, « c’est la relation de pair à pair qui est essentielle aujourd’hui ».

Ainsi, comme l’a souligné le Sgen-CFDT au salon Educatec – Educatice du 9 au 11 mars dernier, il s’agit bien d’accompagner les personnels dans la prise en compte de l’évolution des métiers et des relations avec les élèves, qu’il s’agisse du temps de travail, des conditions de travail, de la formation initiale et continue, de l’accès équitable à l’information et à la communication.

Voir aussi École – famille : comment optimiser la relation au profit de l’enfant.

Cette entrée a été publiée dans Analyses du Sgen-CFDT. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>