Négociations métier : au jour le jour

Sur chaque thème de groupe de travail, le Sgen-CFDT propose un communiqué – état des lieux. À télécharger ci-dessous au fur et à mesure de leur parution. Le tableau est dans l’ordre chronologique : les fiches les plus récentes sont en bas de page.

1er tour L 18.11 15h-17h Multi, annonce des GT et contenus
V 22.11 9h-12h Enseignants du 2nd degré     Classes Préparatoires            Éducation Prioritaire
V 22.11 13h-15h Formateurs des 1er et 2nd degré
L 25.11 15h-18h Directeurs d’école
Ma 26.11 9h-12h Rased (maîtres E&G + Psy)
Ma 26.11 15h-17h Conseillers pédagogiques
Ma 26.11 17h30-19h30 Professeurs des Écoles
2è tour L 2.12 15h-18h Enseignants du 2nd degré (réunion 2)
L 2.12 18h30-20h30 Formateurs des 1er et 2nd degré (réunion 2)
Ma 3.12 8h30-11h30 Directeurs d’école (réunion 2)
Ma 3.12 14h-17h RASED : des missions confortées dans l’attente des postes (compte-rendu de la réunion 2)
Ma 3.12 17h30-19h30 Conseillers pédagogiques des propositions encore insuffisantes (compte-rendu de la réunion 2)
Me 4.12 15h-17h Professeurs des Écoles (compte-rendu de la réunion 2)

Évolution des métiers et des missions : une occasion à ne pas manquer

Les négociations sur les missions et les métiers des personnels enseignants qui s’ouvrent aujourd’hui constituent, pour le Sgen-CFDT, une triple opportunité.

Il s’agit d’abord de reconnaître le travail de nos collègues tel qu’il s’effectue aujourd’hui et non pas tel qu’il pouvait être défini il y a plus de 60 ans. Le Sgen-CFDT exige, depuis longtemps, qu’on rende justice au travail réellement accompli par les personnels, professeurs des écoles ou de l’enseignement secondaire, directeurs d’école, formateurs, conseillers pédagogiques, enseignants spécialisés ou personnels des Missions de Lutte contre le Décrochage Scolaire. Ceux-ci attendent une définition claire de leurs missions et de leur service, qui ne néglige aucune tâche, et un système de rémunération et de carrière qui valorise leur engagement.

Ces discussions ne doivent pas être seulement un toilettage d’une réglementation dépassée. L’enjeu de la discussion est aussi de reconnaître que la pratique professionnelle ne dépend pas seulement du corps d’appartenance, mais aussi des conditions concrètes d’exercice. Le Sgen-CFDT veillera à ce que l’on tienne compte, notamment, de la spécificité de l’éducation prioritaire. Il faudra aussi laisser des marges d’initiative aux académies et aux établissements pour valoriser les formes nouvelles de l’engagement professionnel, par exemple en matière de suivi individualisé des élèves, ou de relations avec des partenaires.

Enfin, la discussion sur les missions et les métiers doit être l’occasion de créer de nouveaux droits ou de nouvelles garanties pour les personnels dans l’exercice de leur métier, en particulier en termes de mobilité professionnelle et d’évaluation.

C’est sur la capacité à avancer sur ces trois chantiers que le Sgen-CFDT jugera la négociation qui s’ouvre aujourd’hui.

(Communiqué de Presse, 18 novembre 2013)

VU de BREST….. L’ Education Nationale est elle toujours une forteresse assiégée??

 

Après deux jours passés aux 5èmes Rencontres Nationales des Projets Éducatifs Locaux organisées par les Francas et la Mairie de Brest , je continue à m’interroger sur la position des acteurs de l’Éducation Nationale face au défi immense de la réussite des élèves pour tous, partout, et par tous (pour réutiliser une expression utilisée par un des intervenants de ces journées extrêmement riches)…

 

Si l’on examine les chiffres (600 participants, 150 collectivités territoriales représentées, mais seulement 10 inscrits au titre des acteurs de l’éducation nationale) ce manque d’intérêt questionne, au moment ou se construit laborieusement mais inéluctablement une nouvelle conception de l’articulation des temps éducatifs.

 

Si l’on écoute ce que les acteurs de territoires ont dit des relations avec certains personnels de l’éducation nationale, on frémit devant l’image véhiculée d’un monde enseignant craintif, replié, sclérosé et jaloux de ses prérogatives face aux autres acteurs éducatifs que sont les parents et les collectivités territoriales.

 

Et pourtant, les témoignages dans chacun des ateliers ont aussi mis en évidence qu’il y a des réussites, qu’il existe des lieux où le dialogue et la concertation, dans l’intérêt de tous les personnels , et sans nier les difficultés ont permis de mettre en place des projets cohérents.

A condition que l’on accepte de se connaître et de se reconnaître, que l’on réfléchisse globalité de l’enfant et du jeune plutôt que segmentation des acteurs, et que chacun considère que la coéducation n’est pas une perte de pouvoir pour chacun mais un enrichissement des possibles au service du jeune en construction….

 

Alors oui , je suis ravie d’avoir été « un des aventuriers de l’éducation nationale » salués par Nathalie Mons, et je souhaite, que fidèles aux principes de l’APPEL de BOBIGNY, les acteurs de l’éducation sachent embarquer vers ces territoires nouveaux et passionnants de la coéducation !