CPGE : la négociation est terminée, mais les problèmes demeurent

télécharger le tract

En annonçant vendredi, à la surprise générale, la fin des discussions sur les CPGE, Vincent Peillon met en difficulté les organisations syndicales qui avaient joué le jeu du dialogue social et refusaient la perspective du statu quo. Car si la négociation sur les services est terminée, les problèmes soulevés par l’évolution des services en classes préparatoires demeurent. Lire la suite

PISA : pas de choc scolaire sans prise de conscience de la société

L’élitisme français, même républicain, semble si ancré dans notre culture nationale que nous continuons de croire que c’est en élevant le niveau des meilleurs qu’on améliore la performance de l’ensemble. Les études internationales PISA nous démontrent exactement l’inverse depuis 2003 : la baisse de la performance moyenne des élèves français, ces dernières années, s’explique essentiellement par la mise en échec, de plus en plus marquée, des moins favorisés d’entre eux. Les résultats publiés aujourd’hui montrent que cette tendance s’est accentuée depuis 2009.

Faute de volonté politique et de l’adhésion de nombreux acteurs, la tentative de changer de paradigme en instituant un socle commun de connaissances et de compétences a échoué en 2005. L’École a confié aux familles le soin de développer les compétences nécessaires à la réception des savoirs, tout en se préoccupant uniquement de leur transmission.

Inverser la tendance prendra du temps, il est donc nécessaire de ne pas en perdre pour réformer l’école. Il est temps que les Instructions Officielles organisent les conditions de travail et le bien-être des élèves plutôt que de détailler des connaissances. Il est temps de passer d’une conception segmentée des enseignements disciplinaires à une organisation des apprentissages construite autour des cycles et des parcours d’élèves. C’est la responsabilité qui incombera au Conseil Supérieur des Programmes.
Mais, au-delà, l’Education Nationale doit aussi faire un effort conséquent de formation initiale et continue des enseignants, pour leur permettre de s’adapter aux nouveaux programmes, aux nouvelles façons de travailler, aux nouveaux publics également. Cela doit être une priorité pour les prochaines années.

Pas de choc scolaire sans prise de conscience de la société.

(Communiqué de Presse, Sgen-CFDT, 3 décembre 2013)