Accepter le temps long pour la réforme du collège : pas d’obligation de perfection dès le 1° septembre !

télécharger le tract

Pour la mise en oeuvre de la réforme du collège, le Sgen-CFDT revendique :

  • Une reconnaissance financière de l’implication des personnels
  • Une confiance réelle et effective envers les équipes
  • Du temps de formation et d’appropriation
  • Un accompagnement des établissements en difficulté
  • En fin d’année, un temps de régulation
  • Un encadrement renforcé en personnels d’éducation

Lire le texte en intégralité.

La réforme du collège supprime des milliers de postes ? 

Faux !

Le Projet de loi de finances 2016 prévoit 3499 postes supplémentaires pour le Second degré, dont une part importante pour  le collège (4000 postes en 2 ans). Le calcul en octobre de DGH fictives sur la base unique des horaires règlementaires et leur comparaison avec les DGH de l’année précédente est fallacieux. Le calcul des moyens accordé aux académies n’est pas encore validé par le Comité technique ministériel de décembre …

La réforme du collège détruit les disciplines ?

Faux !

– 80 % du temps des élèves reste affecté à des cours  » disciplinaires  » stricto sensu ;

– EPI et AP sont une autre approche des apprentissages disciplinaires : approche centrée sur les compétences transversales et les ponts entre les disciplines dans un cas, centrée sur l’accompagnement des élèves dans leurs apprentissages disciplinaires et leur parcours scolaires ;

… Prof de français, si je travaille sur l’écriture d’une nouvelle « médiévale » avec mon collègue d’HG… nous  faisons  bien du français et de l’HG , non ?

 

Conseil pédagogique : il va me dire comment faire cours ?

Le conseil pédagogique ne dit pas comment faire coursRéforme du collège : le conseil pédagogique

Le conseil pédagogique n’a pas vocation à se substituer à la compétence professionnelle de l’enseignant ou à lui dicter comment faire cours. La liberté pédagogique de l’enseignant n’est pas remise en cause. Le conseil pédagogique doit être une instance de discussion et de réflexion sur le fonctionnement pédagogique de l’établissement : évaluation, travail par compétence, projets interdisciplinaires (EPI notamment), accompagnement personnalisé, histoire des arts, brevet blanc, utilisation de la marge d’autonomie

Des super profs et les autres ?

Les membres du conseil pédagogique sont désignés par le chef d’établissement sur proposition du conseil d’enseignement de chaque discipline. Ce n’est pas encore le suffrage universel direct mais cela s’en rapproche. De toutes façons, le chef d’établissement ne peut pas désigner quelqu’un qui n’aurait pas été proposé. Les tendances autocrates que l’on peut rencontrer à l’occasion sont donc bien bornées. Jusqu’ici la fonction de coordonnateur de discipline n’a jamais posé de problème. Ou peut-être est-ce que parce que confier une tâche de secrétariat (liste de manuels et fournitures à acheter) à un collègue ne représente pas de « danger » pour les autres ? Ceux qui évoquent la crainte d’un abus de pouvoir de collègues sur d’autres collègues font preuve d’un certain mépris pour leur entourage professionnel.

Une instance qui doit fonctionner

Ce n’est pas parce que les membres du conseil pédagogique tirent leur légitimité de leurs collègues que le conseil pédagogique fonctionne. Il faut la volonté autant du chef d’établissement que des équipes pour en faire un lieu de débat visant à construire les moyens de la réussite de tous les élèves et l’amélioration des conditions de travail des personnels d’autre part.

Des revendications

Le Sgen demande toujours que soit élu un vice-président issu du corps enseignant et invite les membres de conseil pédagogique à faire adopter un règlement intérieur définissant les modalités de fonctionnement de l’instance. Il demande aussi que la participation aux instances des établissements soient pleinement reconnues.

Conseil pédagogique Conseil pédagogique et réforme du collège

 

Retrouvez sur le site du Sgen-Cfdt le dossier complet sur la réforme du collège : communiqués de presse, vidéos, interviews, courriers à la Ministre de l'Éducation nationale...

 

Moins d’heures de cours pour les élèves ?

Heures de coursMoins d’heures de cours globalement pour les élèves

Quel que soit le niveau et le cycle, les élèves auront moins d’heures de cours qu’actuellement. Cette diminution va de pair avec la réécriture des programmes qui correspond à une demande des personnels puisqu’en 2008 l’enquête TEQ du Sgen-CFDT faisait ressortir que plus de 80% des enseignants de collège jugeaient les programmes infaisables ou inadaptés. La France a cependant encore de la marge en comparaison de ses voisins européens ….

Tous les élèves auront 26 heures de classe par semaine, hors éventuel enseignement de complément dans le cycle 4. En 6ème, 3 de ces 26 heures sont fléchées pour l’accompagnement personnalisé. Dans le cycle 4, 4 de ces 26 heures sont fléchées selon la répartition suivante : au moins une heure pour l’accompagnement personnalisé, le reste pour les EPI.

Moins d’heures de cours pour les élèves, mais plus d’horaire professeur

Il ne faut toutefois pas confondre avec l’horaire prof qui lui augmente. En effet, 2,75 heures par division en 2016, puis 3 heures par division en 2017 constitueront la marge d’autonomie qui permettra ici de renforcer l’enseignement d’une discipline, là de créer des groupes ou de mettre en place tout choix pédagogique de l’établissement.

Limiter le débat sur la réforme du collège à la seule question des horaires disciplinaires est réducteur par rapport à la problématique de la réussite de tous mais aussi par rapport à la pratique des enseignants qui, au quotidien, dépassent ces clivages artificiels pour travailler avec leurs collègues de toutes les disciplines à faire progresser tous leurs élèves.

Mois d'heures ou plus d'heures pour les élèves ?

Retrouvez sur le site du Sgen-Cfdt le dossier complet sur la réforme du collège : communiqués de presse, vidéos, interviews, courriers à la Ministre de l'Éducation nationale...

Des collègues pourront me donner des ordres ?

Des collègues pourront me donner des ordres ?Absolument pas. À aucun endroit les textes de la réforme du collègue n’évoque la possibilité pour un collègue de donner des ordres à d’autres collègues.

Pour deux raisons essentiellement. Tout d’abord parce que la liberté pédagogique des enseignants est inscrite dans le code de l’éducation et que cet article n’a pas été retouché ni dans la loi de refondation de l’École ni par aucun autre texte ultérieur. Ensuite parce qu’il y a déjà un responsable de la politique pédagogique de l’établissement : c’est le chef d’établissement. Précisément, le chef d’établissement est chargé de conduire la politique pédagogique et éducative de l’établissement, en concertation avec l’ensemble de la communauté éducative. Cela ne signifie donc pas qu’il donne des ordres.

Coordonner, c’est donner des ordres ?

D’où vient cette peur de se faire donner des ordres par un autre collègue ? La source du mal serait la possibilité que certains collègues se voient rétribuer pour leur mission de coordination par exemple. Pour le Sgen-CFDT, toute peine mérite salaire. Il est donc normal qu’un collègue assumant une tâche supplémentaire voit celle-ci reconnue. Les coordonnateurs de discipline existent d’ailleurs déjà sans que cela ne pose de problème à personne.

Participer au conseil pédagogique, c’est donner des ordres ?

L’autre source du mal serait le conseil pédagogique. Le Sgen­-CFDT est favorable au renforcement de ses pouvoirs mais aussi et surtout à sa démocratisation. Sa composition et son fonctionnement a été modifié, mais c’est insuffisant . Ses membres devraient être élus directement par les conseils d’enseignement afin de représenter clairement et sans ambiguïté leurs collègues. Le conseil pédagogique n’a pas vocation à donner des ordres aux collègues mais à faire des propositions au conseil d’administration, à élaborer et décliner le projet d’établissement, à être un lieu de construction de la pédagogie d’équipe et de projet.

Donner des ordres ?

Retrouvez sur le site du Sgen-Cfdt le dossier complet sur la réforme du collège : communiqués de presse, vidéos, interviews, courriers à la Ministre de l'Éducation nationale...

Arts plastiques : le prof devra-t-il se mettre à la flûte ?

Les arts plastiques dans la réforme du collègeArts plastiques et réforme du collège…

Non, le prof d’arts plastiques ne devra pas se mettre à la flûte (d’autant que celle-ci n’est plus explicitement citée dans les programmes d’éducation musicale depuis quelques années).

Surtout, la grille des horaires, et les programmes, font clairement apparaître deux disciplines. Elles ne sont associées qu’en tant que disciplines artistiques.

Arts plastiques : l’horaire élève n’a pas changé
L’horaire des disciplines arts plastiques et éducation musicale reste bien d’une heure hebdomadaire chacune. La nouveauté réside dans la possibilité clairement offerte de semestrialiser l’horaire. Par exemple, dans un collège de 18 classes, un collègue d’éducation musicale pourra avoir un semestre avec 9 classes à deux heures hebdomadaires pendant que les 9 autres classes seront prises par son collègue d’arts plastiques pendant deux heures également. Et inversement au second semestre.

Il sera ainsi possible si les collègues le souhaitent de bénéficier de séances plus longues mais sur une période plus courte.

Arts plastiques : le prof devra-t-il se mettre à la flûte ?

Retrouvez sur le site du Sgen-Cfdt le dossier complet sur la réforme du collège : communiqués de presse, vidéos, interviews, courriers à la Ministre de l'Éducation nationale...

EPI obligatoires pour les élèves et pour les profs ?


EPI obligatoires pour les élèves et pour les profs ?EPI
obligatoires pour les élèves, pas pour les profs.

Les EPI obligatoires le sont pour les élèves à partir de la Cinquième et pendant tout le cycle 4. Sur les 26 heures de cours hebdomadaires, jusqu’à 3 peuvent être consacrées aux EPI. 8 thèmes sont proposés, les élèves doivent en aborder 6 pendant le cycle 4. Ils devront produire, seul ou en groupe, un travail final.

En revanche, les EPI ne sont pas obligatoires pour les enseignants. La seule obligation pour les enseignants, comme actuellement, concerne la réalisation de leur programme.

Cependant, il est évident que les EPI ne peuvent pas reposer uniquement sur quelques enseignants, ce qui serait contradictoire avec l’esprit même de la réforme.

Retrouvez sur le site du Sgen-Cfdt le dossier complet sur la réforme du collège :
communiqués de presse, vidéos explicatives, interviews, tracts, 
"Vrai/Faux", courriers à la Ministre de l'Éducation nationale...

Combien de postes en moins avec la réforme du collège ?

Des postes en moins ? Non !Postes en moins ? Non : 4000 de plus !

Pour une fois, une réforme est clairement accompagnée par des postes en plus.

En effet, en 2012, le Président de la République avait annoncé la création de 60000 postes dans l’Education nationale. La Loi de refondation de l’Ecole de l’été 2013 a acté, y compris dans le budget de la Nation, la création de ces postes.

L’essentiel a été utilisé pour redonner du temps de formation aux enseignants stagiaires. Une partie de ces 60000 postes est destinée à la réforme du collège. Précisément, 4000 postes vont être fléchés vers les collèges aux rentrées 2016 et 2017.

Sur le principe, le Sgen-CFDT reconnaît un signal important. Sur le fond, il faut à tout prix éviter le saupoudrage et utiliser les moyens créés pour stabiliser partout les équipes.

Postes en moins avec la réforme du collège ?

Retrouvez sur le site du Sgen-Cfdt le dossier complet sur la réforme du collège : communiqués de presse, vidéos explicatives, interviews, tracts, "Vrai/Faux", courriers à la Ministre de l'Éducation nationale...

La marge d’autonomie, c’est dans la poche du chef d’établissement ?

Marge d'autonomieLa marge d’autonomie c’est ce qui permet à l’établissement de mettre en place des dispositifs propres en fonction de choix d’équipes et des besoins identifiés des élèves.

Cette marge d’autonomie n’appartient pas au chef d’établissement (et d’ailleurs rien ne lui appartient dans un établissement scolaire) ni à telle ou telle discipline. Elle est déjà à la disposition de tous les collègues pour mettre en place des groupes à effectif réduit, des options particulières (latin, bilangue…), pour renforcer l’horaire de telle ou telle discipline (maths en 6ème ou français en 3ème par exemple selon les besoins repérés).

Cette marge d’autonomie est dans la réforme du collège développée sur deux axes: l’initiative pédagogique dans les EPI, et  l’utilisation des marges horaires (2,75 heure par semaine et par division en 2016 puis 3h en 2017): sur un collège 20 classes c’est 55h par semaine en 2016).

C’est pour débattre et décider de l’utilisation de ces moyens par rapport aux spécificités locales que le Sgen-CFDT demande le renforcement démocratique du conseil pédagogique et du conseil d’administration.

Marge d'autonomie : dans la poche du chef d'établissement ?

Retrouvez sur le site du Sgen-CFDT le dossier complet sur la réforme du collège : communiqués de presse, vidéos, interviews, courriers à la Ministre de l'Éducation nationale...